Traduction – La Catacombe de Molussie de Günther Anders

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de la traduction du roman de Günther Anders La Catacombe de Molussie. La traduction de l’allemand a été réalisée par Christophe David – membre permanent de l’Unité d’accueil HCA -, Annika Ellenberger et Perrine Wilhelm.

 

Site de l’éditeur

 

 

Présentation de l’ouvrage réalisée par ses traducteurs

 

– Pouvez-vous nous rappeler qui était Anders ?

– On ne va pas raconter une fois de plus la légende : Husserl, Heidegger, l’anthropologie philosophique, le mariage avec Arendt, l’exil en France et aux États-Unis, les relations avec Brecht et Adorno, les Obsolescences, le combat contre la menace nucléaire, le Tribunal Russell, la réaction à Tchernobyl, etc.

– Les lecteurs français avaient fini par l’identifier comme philosophe et, maintenant, le voici romancier… 

– Anders était un polygraphe. Il a écrit dans tous les genres philosophiques et littéraires. Il a une œuvre littéraire que nous essayons de faire connaître depuis quelques années. Sa philosophie est très écrite, sa littérature pense beaucoup. On l’a vraiment découvert en France avec le tome 1 de L’Obsolescence de l’homme et La Menace nucléaire comme un philosophe de la technique, une sorte de cousin allemand d’Ellul et de Mumford… 

– Comme eux, Anders est tout autre chose qu’un philosophe contemplatif…

– C’était un moraliste qui se présentait comme un « semeur de panique »… Il n’arrête jamais de penser et invente avec virtuosité concepts et histoires… En fait, il réinvente les Lumières. Car le message des Lumières, La Catacombe de Molussie l’explique bien, c’est de ne surtout pas devenir des « perroquets des Lumières ». Le monde change en permanence. Il faut sans cesse réactualiser les armes, car les luttes en vue de l’émancipation se déplacent, mais il ne faut pas oublier de les mener jusqu’au bout. Les Lumières, ça implique un certain sens de l’histoire…

– Anders, lui, a ce sens de l’histoire… 

– Oui, il a une philosophie de l’histoire puissante. Il la réinscrit dans la perspective de l’apocalypse. Nous n’avons plus d’avenir, nous n’avons plus qu’un délai avant la fin du monde. À nous de faire qu’il continue à y avoir une histoire et de donner à l’avenir le sens que nous voulons… 

– C’est ça la politique d’Anders ?

– Anders est un infatigable analyste. Il traque les ruses auxquelles a recours la domination pour maintenir les individus dans un état de minorité : la propagande politique, les impératifs techniques et économiques, etc. On nous colle entre les mains des machines qui nous dépassent, on nous connecte à des réseaux dont nous ne savons pas d’où ils viennent et où ils vont, on nous jette dans une économie globalisée dont nous ne contrôlons rien. Tout ce qu’on nous demande, c’est d’accepter de vivre dans le décalage d’un monde pour lequel nous ne sommes pas taillés et de nous conformer à ce qu’il exige de nous. Anders invite à dire non à ce monde et à dire m… au conformisme…

– Quelle place occupe La Catacombe… dans son œuvre ?

– La Catacombe… est un roman qu’il commence en Allemagne au début des années 1930, continue en exil à Paris en 1933 puis aux États-Unis à partir de 1936. Pour Anders, ce roman, c’est trois choses. C’est d’abord une sorte de journal qui lui permet de comprendre à travers des personnages le chaos dans lequel l’histoire l’a jeté. C’est ensuite un laboratoire dans lequel il analyse ce qu’il s’est passé en Allemagne. Qu’est-ce qui a permis le nazisme ? Comment s’est-il emparé de la société allemande ? La Molussie, c’est l’Allemagne du début des années 1930. Dans le roman, il est question du jeu joué par le capitalisme allemand, de la façon dont les nazis ont utilisé la propagande et l’antisémitisme pour mettre la population au pas. Un principe de base de la dictature molussienne est : « Si tu veux un esclave fidèle, offre-lui un sous-esclave ! » La Catacombe…, c’est enfin un grand livre de philosophie politique dans lequel Anders actualise l’énorme question des rapports entre mensonge et politique. 

– En quoi consiste cette question ?

– Il ne s’agit bien sûr pas seulement de dire « politik lies » — même si c’est souvent vrai — mais de s’interroger sur le lien de la politique au jeu, au théâtre, au mensonge. Il est consubstantiel. Le remettre en mémoire aujourd’hui où, contre-vérités — fake news et complotismes — se répandent à la vitesse d’un clic est particulièrement opportun. Anders nous dit surtout deux choses. D’abord qu’il nous faut nous méfier de nos propres opinions, qui ont pu nous être servies prêtes à penser sur un écran et dont la langue peut être celle du pouvoir. Ensuite qu’il nous faut nous méfier de la vérité elle-même. Parce qu’elle n’est que la vérité justement : on peut l’expliquer à autrui mais ce n’est pas pour cela qu’autrui y adhèrera. Du coup, détenir la vérité ne suffit ni à lutter politiquement contre le mensonge ni à fonder un régime politique vrai.

– Elle ressemble à quoi cette fameuse Molussie ?

– La Catacombe… est un roman dystopique. Ses personnages principaux, Olo et Yegussa, sont deux opposants politiques enfermés dans une cellule obscure. A priori, ce n’est pas un dispositif des plus romanesques. Le seul mode de résistance qu’il leur reste, c’est de se transmettre et d’inventer des fables. À chaque fable, on s’évade de la cellule et la Molussie apparaît. La Molussie, c’est un pays dirigé par Burru, un dictateur qui n’a rien à envier à Hitler quant à ses méthodes, c’est une dictature qui est prise dans ses contradictions entre politique et économie et dans ses envies de colonies. Aucune ressemblance avec l’Allemagne de l’époque n’est fortuite…

– Que nous apprend La Catacombe… sur notre monde actuel ?

– Ce dont le fascisme est le nom n’a pas disparu avec les fascismes historiques. Le mensonge et la violence font toujours partie de notre monde. La Catacombe de Molussie est un bon manuel pour comprendre ce que sont la vérité, le mensonge et la violence politiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search