Soutenance de thèse – Elsa Besson “Logiques spatiales et logiques pénales : acteurs, modèles internationaux et diffusion de l’architecture carcérale en France (1770-1950)” – Université Rennes 2 – 03 décembre 2021

 

Mme Elsa Besson soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’architecture, intitulée « Logiques spatiales et logiques pénales : acteurs, modèles internationaux et diffusion de l’architecture carcérale en France (1770-1950) », préparée sous la direction de Mesdames Hélène Jannière, professeure des universités, et Martine Kaluszynski, directrice de recherche au CNRS, à l’Université Rennes 2 (Unité de recherche : 1279 Histoire et Critique des Arts).

Elle aura lieu le vendredi 3 décembre, à l’Université Rennes 2 (Campus Villejean), Salle des thèses, bâtiment de la Présidence (Bâtiment P), 7e étage – à 14h30.


La soutenance pourra être suivie en présentiel ou en visioconférence. Si vous souhaitez recevoir le lien de la diffusion en direct, n’hésitez pas à l’en informer en amont à l’adresse suivante : besson.elsa@gmail.com

 

Membres du jury

  • Thèse dirigée par Mme Hélène Jannière, Professeure des universités, Université Rennes 2
  • Thèse co-dirigée par Mme Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherches au CNRS, UMR 5194- PACTESciences Po Recherche
  • M. Antonio BRUCCULERI – Professeur, École nationale Supérieure d’Arc hitecture de Paris – La Villette (rapporteur)
  • M. Guy LAMBERT – Maître de conférences, chercheur IPRAUS/AUSser, École nationale Supérieure d’Architecture de Paris­-Belleville (examinateur)
  • M. Jean-Baptiste MINNAERT – Professeur des universités, Sorbonne Université (examinateur) Mme Nabila OULEBSIR – Maître de conférences (HDR), Université de Poitiers (rapporteure)
  • M. Xavier ROUSSEAUX – Directeur de recherches, UC Louvain- Centre d’histoire du droit et de la justice (examinateur)

 

Résumé de thèse

La thèse se propose de comprendre l’élaboration des principes architecturaux régissant les prisons en France entre 1770 et 1950, grâce à trois niveaux d’analyse l’échelle internationale avec la circulation de modèles étrangers, l’échelle nationale avec les politiques pénitentiaires et la promotion de théories et de « plans-spécimens » et l’échelle départementale, à travers l’étude d’un ensemble d’établissements pénitentiaires.
Ce travail veut approfondir l’état des connaissances sur l’architecture carcérale par la mobilisation de corpus appartenant à l’histoire du droit et de la justice, notamment grâce aux congrès pénitentiaires internationaux et à leurs bulletins et aux espaces de diffusion des théories pénitentiaires françaises qui s’intéressent à l’architecture carcérale (revues, expositions, ouvrages etc.). Si à la fin XVIIIe siècle, l’espace de la prison est d’abord considéré depuis le point de vue de la salubrité et la sécurité, il gagne peu à peu en importance à partir de 1830, tant auprès des philanthropes, des réformateurs sociaux, des experts gouvernementaux que des architectes eux-mêmes. La place de ces derniers dans des réseaux exogènes à leur profession est interrogée pour saisir leur implication dans la mise en forme de projets ayant valeur de modèles.
Parallèlement, l’analyse d’une quinzaine de prisons édifiées en France permet de mesurer au plus près la part des circulations de modèles français et étrangers mais également d’interroger le désintérêt progressif que suscite ce programme, longtemps considéré comme crucial dans les réseaux réformateurs et philanthropiques notamment, mais qui tend à se banaliser à partir de la fin du XIXe siècle.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search