5 avril 2022 – Journée d’étude : “Kitsch et fable dans la création contemporaine” Œuvrer avec (le) mauvais goût

 

 

 

« KITSCH ET FABLE DANS LA CRÉATION CONTEMPORAINE »

Œuvrer  avec (le) mauvais goût

 

Mardi 5 avril 2022

De 10h à 17h30 à l’université Rennes 2

Galerie Art&Essai (matinée) / Amphithéâtre L2 (après-midi)

 

Journée d’étude co-organisée par l’Unité de recherche 1279 Histoire et critique des arts et le Master 2 Métiers et Arts de l’Exposition à l’occasion de l’exposition « Bertille Bak. Le mouton est dans le salon » – Galerie Art&Essai

 

 

 

PRÉSENTATION

 

 

Dans le prolongement de l’exposition « Bertille Bak. Le mouton est dans le salon » mise en œuvre à la galerie Art & Essai de l’université Rennes au printemps 2022[1], cette journée d’étude porte sur la construction de récits en prise avec une esthétique kitsch dans la création artistique contemporaine. Elle prend comme point de départ les œuvres de Bertille Bak, des vidéos traitées avec une maladresse délibérée, construites d’après des scénarios coécrits avec différentes communautés, suite à plusieurs mois de vie partagés. Ces histoires teintées d’humour et d’ironie évoluent alors au rythme d’effets spéciaux grossiers, de recours aux registres des cultures populaires et du folklore, ou encore de la présence incongrue de nombreux animaux. Aux dires de l’artiste, elles s’apparentent au genre de la fable.

Du latin fabula, dérivé du verbe fari signifiant « parler », la fable désigne tout d’abord la parole et prend plus tard le sens d’histoire racontée et de récit allégorique. Aujourd’hui, les fables sont inscrites dans la culture populaire et nous sont racontées dès l’enfance. Bien moins familière mais néanmoins grandement employée, la notion de kitsch peut être appliquée à des objets ou des œuvres pour qualifier le « mauvais goût » qu’ils manifestent. Celui-ci peut se définir selon plusieurs caractéristiques, qu’Abraham Moles énumère en 1971 dans La Psychologie du kitsch. L’Art du Bonheur : la surcharge, l’artifice, l’anti-fonctionnalité, la rupture d’échelle… Le kitsch semble ainsi illustrer autant que caricaturer nos sociétés à l’ère de la globalisation, puissent en témoigner les porte-clefs à l’effigie de la Tour Eiffel et les bols bretons fabriqués en Asie que l’on aperçoit dans les vidéos de Bertille Bak.

Lorsque le kitsch surgit dans ce contexte, il permet de mettre le doigt sur ce qui est de mauvais goût pour les uns ou de l’ordre du commun pour les autres. En puisant dans ces codes, les artistes questionnent ainsi les rapports de pouvoir exercés dans nos sociétés et semblent montrer la nécessité de raconter de nouvelles fabulations, entremêlant réel et imaginaire, humour et poésie, où la morale est à lire entre les lignes. On pense à des artistes comme Andy Warhol et ses accumulations de portraits de Marylin Monroe aux couleurs criardes, ou dans un tout autre registre, aux séries des années 2000 telles que les Simpsons ou South Park. Le genre du Nanar ou encore le cinéma en prise avec la question des classes laborieuses et populaires (Kervern & Delepine notamment) racontent aussi des histoires où le kitsch tient un rôle de premier plan et fait souvent sens.

Le kitsch et la fable sont deux notions qui mettent en place une certaine complicité avec leurs regardeur.euse.s et lecteur.ice.s, en leur proposant d’en comprendre les codes et mécanismes sans perdre de vue leur caractère subversif et dans le même temps conventionnel. Le recours à l’un comme à l’autre manifeste alors une véritable intention esthétique, où le décor ne se cache pas d’en être un, où l’on sait directement que le récit est fictif.

Comment le mauvais goût plonge-t-il les regardeur.euse.s au cœur d’une fabulation dont iels sont aussi l’auteur.ice ? Quels-sont les effets d’une narration teintée d’humour, où l’imaginaire et le détournement occupent une place centrale ? Comment le kitsch et la fable permettent-ils de dénoncer les conséquences de la globalisation par différentes formes artistiques, tout en s’inscrivant dans un système capitaliste auquel ils ne semblent pouvoir échapper ?

[1] « Bertille Bak. Le mouton est dans le salon », 11 mars – 15 avril 2022, Galerie Art & Essai, commissariat du Master 2 Métiers et arts de l’exposition.

 

 

PROGRAMME

 

 

10h30 – 11h30 : Visite de l’exposition « Bertille Bak. Le mouton est dans le salon » à la galerie Art & Essai par la promotion du master Métiers et arts de l’exposition

 

Rendez-vous à 13h en amphithéâtre L2

 

13h00 – 13h45 : Introduction et projection du film Tu redeviendras poussière de Bertille Bak (24 min, 2017)

 

Tournée en 2017 à Barlin, Tu redeviendras poussière est une vidéo réalisée conjointement avec des mineurs retraités atteints de silicose, maladie pulmonaire provoquée par l’inhalation de poussières de silice. D’un ton cynique, le récit des habitants rend compte de cette injustice qui signe la fin de leur vie.

 

13h45 – 14h15 : Christophe Genin : Le kitsch dans le tourisme culturel planétaire.

 

« Entre les cultures autochtones vécues et leurs simulacres constitués pour des touristes en mal de divertissement pétris de bonnes intentions, l’écart entre réalité et fiction ne cesse de s’accroître. Nous ferons une étude de cette situation à partir d’exemples précis et de textes de l’UNESCO et en relèverons les contresens. »

Christophe Genin est agrégé de philosophie, docteur en Lettres et Professeur à l’université Paris 1 où il enseigne la philosophie de l’art. Il travaille notamment sur les relations entre l’identité et les représentations artistiques et culturelles.

 

14h30 – 15h00 : Nicolas Lahaye : Panoramique du nanar, entre regards sur un certain cinéma de genre et proposition d’une posture cinéphilique alternative.

 

« À travers une sélection d’extraits d’images présentant tout un spectre du Septième Art ne relevant pas exactement de la norme dominante, nous ébauchons une définition du regard nanarophile et verrons ce qui fait la spécificité de ce goût pour les « mauvais films sympathiques ». Nous établirons ainsi des liens avec des terminologies connexes comme le cinéma de genre, bis ou d’exploitation. »

Docteur en histoire des mondes modernes et contemporains, Nicolas Lahaye est l’auteur d’une thèse consacrée au cinéma de série B. Ses thématiques de recherche portent sur la mutation de la culture populaire en culture grand public, et plus largement sur toutes les formes d’expression artistique dites « à la marge ».

 

15h15 – 15h30 : Pause

 

15h30 – 16h00 : Damien Rouxel : Décors intérieurs et souvenirs populaires.

 

« Dans la maison familiale, chez papi et mamie, dans la ferme… tout est décor. Nous plongerons dans mes lieux d’enfance et réfléchirons aux objets et motifs qui ont construit mon regard, mon esthétique et mon identité. Les souvenirs croisent les relectures, les jeux d’enfants sont jeux d’artiste. Ces éléments constituent mon décor intérieur. »

Damien Rouxel est un jeune artiste quimpérois issu d’une famille d’agriculteurs, s’intéressant aux questions de genre, d’animalité, de ruralité ou encore de travestissement, notamment à travers des vidéos, photographies et performances.

 

16h15 – 16h45 : Intervention en visioconférence de Christine Palmiéri : La fable contrariée, quinze ans après.

 

Christine Palmiéri est artiste, poète, critique en arts visuels et commissaire d’exposition. Elle enseigne les arts plastiques à l’Université du Québec à Montréal. Tout comme son écriture, ses interventions en arts visuels convient le spectateur à un rituel au confluent de diverses cultures : marocaine et québécoise, ancestrale et actuelle.

 

17h00 – 17h30 : Temps d’échange et conclusion

 

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Justine dit :

    Bonjour ! La journée d’étude est elle enregistrée ? Doctorante en HCA, je suis très intéressée par l’intervention de Damien Rouxel mais j’enseigne ce jour…
    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search