6 juillet 2023 – Séminaire de l’Unité – “Les Esquimaux de l’Europe.” Primitivisme dans l’ethnologie des Alpes occidentales.

 

Séminaire UR 1279 Histoire et critique des arts

«  Les Esquimaux de l’Europe. »

Primitivisme dans l’ethnologie des Alpes occidentales.

 

Université Rennes 2, Salle Recherche ALC – bâtiment B, le 5 juillet 2023

 

Pierre Vincendet, [Diable molestant un curé], seconde moitié du XIXe s. Bessans (Savoie). Bois polychrome, métal, h. 31,6 cm. Marseille, Mucem

 

l’Unité de recherche Histoire et critique des arts (UR 1279) a le plaisir de vous inviter à son Séminaire le 6 juillet prochain.

À cette occasion, Baptiste Brun, nous présentera une communication intitulée “Les Esquimaux de l’Europe.” Primitivisme dans l’ethnologie des Alpes occidentales.

 

 

Lorsqu’en 1922, l’ethnographe viennoise Eugénie Goldstern (1884-1942) publie sa thèse de doctorat consacrée à l’ethnographie du village savoyard de Bessans, elle écrit à la première ligne de son étude : « En 1913, sur l’invitation du professeur Arnold Van Gennep, je me suis rendue en Maurienne et lorsque je choisis la commune de Bessans, je ne soupçonnais pas que je me rendais chez les “Esquimaux de l’Europe”. »

À la croisée de l’histoire de l’art et de l’anthropologie, cette recherche en cours tend à rendre compte de la réception des productions d’art populaire de l’arc alpin en sa partie occidentale, de l’extrême fin du XIXe siècle aux années 1960-1970.

Elle s’intéresse aux discours et aux processus de collectes qui ont marqué le champ des « arts et traditions populaires » montagnards. Il s’agit d’explorer et analyser les travaux des folkloristes et ethnographes français, suisses, allemands, italiens et autrichiens autour de 1900 – avec notamment la figure clé d’Arnold Van Gennep mais aussi celles de Roger Hertz, d’Eugénie Goldstern, de Georges Amoudruz ou encore de Hyppolite Müller –, et jusqu’à la disparition de l’économie pastorale à laquelle se substitue, de manière supposée définitive, celle du tourisme à l’heure des “Trente glorieuses”.

Un corpus d’artefacts et d’archives qui leur sont liées engage en parallèle l’analyse dans une réflexion informée par l’historiographie problématique interrogeant la dichotomie entre culture savante et cultures populaires. Engageant nécessairement une discussion avec les travaux de Carlo Ginzburg, René Passeron, Robert Muchenbled ou Pierre Bourdieu, tout en passant par les « arts de faire » de Michel de Certeau, il s’agira de saisir comment ces objets traduisent la ruse de celles et ceux qui les ont façonnés. Conscients de l’horizon d’attente des ethnographes et, plus généralement, des actrices et acteurs du tourisme naissant, les paysans ont su produire des objets et des récits à même de nourrir cette demande. Les discussions autour de l’origine des colombes monoxyles du Chablais, des diables sculptés polychromes de Bessans, du carrousel de Pierre-aux-Merles à Sixt-Fer-à-Cheval et son musée de la nature, des masques du Lötschental, mais aussi leur apparence, incitent à les regarder à nouveaux frais en gardant en tête le primitivisme idéologique qui oriente initialement leur réception par les élites urbaines.

 

Cette séance du séminaire sera aussi l’occasion d’introduire certaines notions et problématiques liées au domaine « Art, anthropologie, objets-frontières », situé au sein de l’Axe B « Image – Transfert – Interaction » de l’unité de recherche.

 

 



Citer ce billet
hcadmin (2023, 11 juillet). 6 juillet 2023 – Séminaire de l’Unité – “Les Esquimaux de l’Europe.” Primitivisme dans l’ethnologie des Alpes occidentales. UR Histoire et critique des arts. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nz6c

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search