8 décembre 2016 – Journée d’études: De la complexité. L’oeuvre d’art comme énigme

Journée D’études internationale

Organisée par Christophe David et Frédéric Monvoisin

Jeudi 8 décembre 2016

Université Rennes 2 / Campus Villejean

La conception du sens de l’oeuvre d’art la plus répandue veut que l’esprit de l’oeuvre s’incarne dans sa « lettre » et indique ainsi à son interprète le chemin qu’il doit suivre pour atteindre ce sens‐esprit. Pour l’herméneu­tique des oeuvres d’art, chaque oeuvre a autant de sens que d’interprètes.

La conception du sens de l’oeuvre d’art la plus répandue veut que l’esprit de l’oeuvre s’incarne dans sa « lettre » et indique ainsi à son interprète le chemin qu’il doit suivre pour atteindre ce sens‐esprit. Pour l’herméneu­tique des oeuvres d’art, chaque oeuvre a autant de sens que d’interprètes.

Dans Théorie esthétique, sur une vingtaine de pages, Adorno développe une autre conception du sens‐esprit de l’oeuvre d’art qui va à l’encontre de cette herméneutique des oeuvres d’art. Il ne croit pas en l’expérience que propose l’herméneutique de l’oeuvre d’art, cette remontée de la « lettre » vers le sens‐esprit. Il ne conçoit plus l’oeuvre comme un symbole, « concept assez suspect », dit‐il, parce qu’il synthétise le sens‐esprit et la « lettre » : « Chaque phrase est littérale et chacune signifie.

Ces deux choses ne se confondent pas comme l’exigerait le symbole, mais elles sont séparées par un abime d’où jaillit, aveuglante, la lumière crue de la fascination ». « L’esprit des oeuvres s’illumine dans ce qui lui est opposé, dans la matérialité ». L’esthétique adornienne de la négativité joue la « lettre » contre le sens‐esprit et transforme l’oeuvre en « énigme », en « point d’interrogation ».

Tout ce qui se donne pour de l’art ne supporte pas d’être réduit à cette littéralité énigmatique. Il y a des oeuvres « niaises » (pas de sens), des oeuvres « rationnelles » (trop de sens) et ces oeuvres qui « parlent à la façon des fées dans les contes :“ Tu veux l’Absolu? Tu l’auras, mais il te restera inconnaissable ” ». La tentation du passage à la limite existe chez Adorno qui laisse entendre parfois que cette situation n’est pas exceptionnelle mais que toute oeuvre est énigmatique.

Ce sont ces oeuvres à propos desquelles on a recours au « terme si populaire de “complexité” [qui] est le nom faussement positif qui désigne leur caractère énigmatique ». Elles limitent d’entrée de jeu les prétentions de l’herméneutique à délivrer le sens des oeuvres. « Herméneute passe ton chemin ! » semblent‐elles dire.

De ces oeuvres, il ne s’agit pas de résoudre l’énigme mais seulement de déchiffrer la structure.

« Comme dans les énigmes, la réponse est passée sous silence tout en étant amenée de force par la structure ».

 
Programme de la journée d’étude 

 

9H Présentation du rhizome de la journée, de ses enjeux et de ses plateaux par Christophe David et Frédéric Monvoisin

Premier plateau > modéré par Frédéric Monvoisin

9H30 Laura Commare, (Histoire de l’art, Université de Vienne), Perceiving complexity [La Perception de la complexité]

10H Antonio Contador (Arts plastiques, laboratoire, ACTE, CNRS), La politesse, degré zéro du geste artistique. Le cas du « Senhor do adeus »

10H30 Discussion

10H45 Pause

Deuxième plateau > modéré par Christophe David

11H Clément Bodet (Sciences des arts, Université d’Aix-Marseille), Se maintenir dans l’écart de l’oeuvre d’art. Réflexions à partir de The Pond de John Gossage.

11H30 Yann Calvet (Études cinématographiques, Université de Caen), Vampyr de Carl Theodor Dreyer : Un film « hermétique » ?

12H Discussion

12H15 Repas

Troisième plateau > modéré par Frédéric Monvoisin

14H Emmanuel Lincot (Religion, culture et société, Institut Catholique de Paris), « Voir, ne pas voir, faut voir». De l’interprétation des oeuvres chinoises contemporaines

14H30 Léo Larbi (Musicologie, Université de Paris 8), « La difficulté est un mode de communication » : l’écriture de la complexité dans l’oeuvre de Brian Ferneyhough

15H Discussion

15H15 Pause

Quatrième plateau > modéré par Christophe David

15H30 Judith Michalet, (Arts plastiques, Université de Rennes 2), Déchiffrer les oeuvres avec Adorno et Deleuze : dialectique négative et logique du sens en résonance

16H Guillaume Leingre (artiste, auteur et enseignant en arts visuels à l’École de la chambre syndicale de la couture parisienne), Mike Kelley, Timeless, Authorless, 1988

16H30 Discussion

16H45 Table ronde et rupture du rhizome de la journée


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.