Ariadna Tchatchanidzé

 

 

 

 

 

 

 

 

Ariadna Tchatchanidzé

 

Présentation

Ariadna Tchatchanidzé est actuellement doctorante en histoire de l’art sous la direction de Pierre-Henry Frangne. Auparavant, après un double-cursus en licences de Lettres Modernes et LLCE Russe, elle a obtenu un Master Recherche en Littérature Comparée, le sujet du mémoire portait sur la figuration du démoniaque et du motif faustien dans le symbolisme russo-européen (en littérature et opéra), et d’un Master Recherche en histoire et critique des arts, le sujet du mémoire s’intitulait : « La peinture mythologique de Mikhail Vroubel ». Elle s’est également formée au Conservatoire de Rennes dans les classes de piano, d’orgue et d’analyse musicale, tout cela dans une démarche et volonté d’étudier les liens et correspondances entre les divers arts.

 

Thèse

Titre

« La peinture Symboliste Russe de la fin du XIX siècle (Vroubel, Vasnetsov et Nesterov) : d’un art religieux à une religion de l’art. »

 

 

Résumé

Le projet de thèse se donne pour finalité l’étude de l’œuvre de trois peintres russes. Cette recherche s’effectue dans le cadre de disciplines suivantes : l’histoire de l’art, la philosophie de l’art, l’étude transculturelle et les études intermédiales. Les trois peintres — Mikhail Vroubel (1856-1910), Mikhail Nesterov (1862-1942) et Viktor Vasnetsov (1848-1926) — appartiennent à la même génération. Ils possèdent, à l’articulation des XIXe et XXe siècles, la même inspiration et la même manière d’affronter et de surmonter le conflit entre la tradition et la modernité en ce que leurs œuvres déploient une peinture mythologique et une peinture d’histoire aux puissantes significations spirituelles et religieuses. Leur production picturale est en effet indissociable de l’architecture sacrée à laquelle ils collaborent par la peinture des fresques monumentales des cathédrales. La Russie fin-de-siècle connaît une véritable Renaissance, sa propre Renaissance, et elle condense les aspirations d’une époque en pleine mutation, celle de l’âge d’argent. Lors de cette période les artistes retrouvent les dimensions religieuses de l’art russe et ils réinventent l’icône après Pskov et Novgorod. Ce renouveau s’alimente à un retour du folklore slave et au désir de renouer avec un monde légendaire, ancestral, archaïque. Ce retour est nourri de la littérature russe du XIXe siècle mais également de la littérature, des mythes et des légendes européennes (qu’ils soient germaniques ou greco-latins). Nous faisons l’hypothèse selon laquelle ce moment artistique représente comme un suspens ou une hésitation entre une époque finissante s’enracinant dans l’histoire de l’art la plus ancienne, et une nouvelle époque réclamant un nouvel art contemporain, juste avant la Révolution russe et de la naissance des Avant-gardes. Cette étude comparée des œuvres de ces trois peintres et des correspondances de ces œuvres avec les autres arts qui les attirent, aura pour fonction de dégager les enjeux esthétiques, historiques et culturels d’un moment essentiel de la vie artistique en Russie dans sa dimension à la fois nationale, internationale et transculturelle : la Russie entre deux siècles et entre deux mondes. Dans cet entre-deux, le problème sera triple :

a) En quoi consiste l’unité du Symbolisme russe s’incarnant chez Vroubel, Nesterov et Vasnetsov ? Cette unité est-elle stylistique, philosophique ou spirituelle ?

b) Quelle est sa place à l’intérieur du Symbolisme européen, quelles sont ses spécificités et interactions avec le Symbolisme français, belge et allemand ?

c) Enfin, comment le déploiement d’un art religieux et d’une religion de l’art voulant ramener les hommes à une archè spirituelle, immémoriale et même éternelle, a-t-il pu donner naissance, par-delà son refoulement drastique du fait du pouvoir et de l’époque soviétiques, aux formes vivantes des arts du XXe siècle ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search