Elodie Le Beller

Elodie Le Beller

 

Présentation

Elodie Le Beller a suivi l’intégralité de son cursus en histoire de l’art à l’Université Rennes 2, de la licence au doctorat. Elle est spécialisée en histoire de l’art contemporain (fin XIXe-début XXe siècles). Dans le cadre du master Histoire et critique des arts, elle a rédigé sous la direction de Xavier Deryng un mémoire sur les rapports entre peinture et littérature au sein du courant symboliste, intitulé « Lucien Lévy-Dhurmer, portraitiste et illustrateur de Georges Rodenbach ». Elle prolonge aujourd’hui ses recherches sur le symbolisme sous la direction de Pierre-Henry Frangne, à travers une thèse sur la matérialité de la peinture symboliste.

Thèse

Titre

La matérialité de la peinture symboliste : étude du cas d’Armand Point (1861-1932)

Résumé

Ce projet de thèse se positionne au croisement d’une histoire de l’art monographique, concentrée sur le peintre symboliste Armand Point (1861-1932), et d’une histoire technique de l’art, élargie aux pratiques picturales du courant symboliste fondé en 1886. Les critiques d’art contemporains du symbolisme le théorisèrent comme un art de l’idée, dont l’objectif était la représentation du monde intelligible et spirituel. Cette définition se fit au détriment de la forme sensible et matérielle de l’œuvre peinte, rejetée comme secondaire. Or, la peinture est essentiellement un art de la matière, ce qui induit un décalage entre le symbolisme théorisé par les critiques et celui pratiqué par les peintres. Si, en théorie, les peintres symbolistes ne visaient que l’idée, on constate en pratique leur réflexion sur les moyens techniques par lesquels la matérialiser. L’analyse de ces moyens est nécessaire à une compréhension complète du symbolisme, c’est pourquoi il doit être abordé sous un nouvel angle technique. Cette étude, menée dans le sillage de l’iconologie des matériaux et de la recherche sur les sources techniques de l’art, interroge le choix et la signification des techniques et des matériaux employés par Armand Point et les autres peintres symbolistes dans les années 1890-1910. Elle propose d’articuler les concepts de matière et d’idée à partir d’écrits d’artistes symbolistes, de positionner le symbolisme dans un contexte d’industrialisation des matériaux de l’art, et d’interpréter la valeur sémantique ajoutée par les choix techniques à la signification des œuvres. Pour atteindre ces objectifs, l’étude du cas d’Armand Point est renforcée par sa comparaison aux autres représentants du symbolisme pictural.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search