Guillaume Le Dréau

Guillaume Le Dréau

 

Présentation

Doctorant en Esthétique et Musicologie à l’Université de Rennes II depuis 2018 : Sur le concept d’œuvre : des relations entre Idée et Forme dans le romantisme musical allemand. Sous la direction de Pierre-Henry Frangne et Hervé Lacombe. Unité de Recherche : EA 1279 – Histoire et Critique des Arts.

Guillaume Le Dréau partage ses différentes activités entre la composition, la recherche et l’enseignement. Pianiste et organiste, il étudie d’abord au Conservatoire de Rennes (médaille d’or et prix de perfectionnement) avant de suivre les conseils de Louis Robilliard à Lyon. Lauréat des CNSMD de Paris et de Lyon (analyse, esthétique musicale, histoire de la musique, direction de chœur grégorien, pédagogie), agrégé de musique et titulaire du certificat d’aptitude à l’enseignement artistique, il est professeur d’analyse et d’histoire de la musique au Conservatoire de Rennes et organiste à la Cathédrale de Rennes depuis 2015. Musicien attiré par la recherche, il consacre une thèse en esthétique et musicologie aux relations entre idée et forme dans le premier romantisme allemand.

 

Thèse

Titre

Sur le concept d’œuvre :

des relations entre idée et forme dans le romantisme musical allemand

Résumé

L’objet de ce travail sera de montrer comment, à partir d’un arrière plan philosophique (L’héritage kantien, l’école d’Iéna et les publications de l’Athenaüm, les travaux de Goethe mais aussi Schiller et Moritz sur la conception de l’œuvre d’art, enfin la systématisation hégélienne dans un projet esthétique de vaste envergure), d’un travail d’archive sur les correspondances et les écrits de trois compositeurs qui seront les sujets privilégiés de cette étude (Beethoven, Mendelssohn et Schumann) et enfin d’une analyse appliquée d’un certain nombre d’œuvres représentatives de ces musiciens, s’articulent les concepts d’idée et de forme pour générer l’œuvre musicale.

Les paradoxes entre idée et forme sont probablement parmi les questionnements les plus épineux de la création à l’époque romantique. Ils restent au cœur du concept romantique d’œuvre, concept impliquant à la fois conception et réception des œuvres, mais aussi marquent de leur sceau le statut de l’artiste qui travaille le matériau musical selon des modalités différentes qu’aux époques passées (dernier baroque et ce qu’il est convenu d’appeler classicisme). Fabrique des œuvres, forge de l’artiste : l’un des objectifs de ce travail sera aussi d’évoquer, à travers ce questionnement conceptuel reliant idée et forme, l’atelier de l’artisan qui, selon des techniques commentées et éprouvées au fur et à mesure du développement d’un nouveau langage, produit les œuvres selon des modèles et des paradigmes de composition au fur et à mesure du temps explicités dans les écrits-témoins de l’époque.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search