Ninog Jaouen

Ninog Jaouen

 

Présentation

Après une licence en histoire de l’art et archéologie, spécialité archéologie obtenue à Rennes 2, Ninog Jaouen continue son parcours au sein du master Histoire et critique des arts sous la direction d’Antigone Marangou. Elle rédige un premier mémoire sur l’économie de l’agglomération antique de Vorgium (actuellement Carhaix, dans le Finistère) à travers l’étude des amphores. En 2019, elle soutient un nouveau mémoire « Vivre, produire et échanger en Armorique du Ier au IVe siècle. Etat des connaissances », sous la direction de Cristina Gandini en master Archéologie des périodes historiques. Ce mémoire vient introduire la thèse commencée en 2018 également. Cette même année, elle a travaillé à la mise en place d’un contrat doctoral de type CIFRE avec le Centre Départementale d’Archéologie du Finistère, débuté en juillet de cette même année.

 

Thèse

Titre

Vivre, produire et échanger dans l’Armorique romaine, le témoignage des sources matérielles : structures architecturales et mobilier céramique

 

 

Résumé

Cette thèse vise à combler les lacunes concernant l’économie de la péninsule Armoricaine à la période antique, trop longtemps considérée en marge de l’empire romain. Nous nous concentrons tout d’abord sur la civitas des Osismes qui était la plus étendue des civitates armoricaines, ses frontières dépassant celles de l’actuel département du Finistère.

Cette thèse s’articule autour de trois axes de recherches : production, consommation et commerce qui pourront chacun être illustrés par des exemples pertinents.

  • Production : cet axe vise la localisation des structures de production et d’exportation sur l’ensemble du territoire de la civitas osismes sous l’Empire romain : installations portuaires, fabrique à garum, ateliers de potiers, etc. L’étude de ces derniers est essentielle à l’identification des récipients de transports de la cité. C’est pourquoi des campagnes de terrains accompagnent ces travaux de recherche.
  • Consommation : Pour mesurer le dynamisme de l’économie locale nous devons nous tourner vers l’étude des données archéologiques livrées par chaque site : une analyse systématique des données des prospections et des fouilles est plus que nécessaire sur les sites de consommation (habitats, sanctuaires et contextes funéraires) où nous observons souvent une large importation des denrées contenues dans des amphores, témoins tangibles de l’économie et du commerce armoricain.
  • Commerce : Les résultats obtenus des deux axes précédents éclaireront l’aire d’influence commerciale des osismes ainsi que les voies commerciales utilisées par les marchands qui opéraient sur le territoire armoricain à l’époque romaine aussi bien via les réseaux routiers que maritimes. Comment les produits locaux ou importés étaient-ils acheminés ? Et que nous apprennent-ils sur la ou les sociétés armoricaines ?
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search