Justine Dupuy

Justine Dupuy

 

Doctorante, sous la direction de Pierre-Henry Frangne

Enquête philosophique sur l’objet ornemental : la nature morte à l’ère du kitsch capitaliste

 

Présentation

Après une licence en Philosophie et épistémologie à l’Université Clermont Auvergne, Justine Dupuy a obtenu un Master Recherche en Esthétique et Cultures visuelles à l’Université Jean Moulin (Lyon) à l’occasion duquel elle réalisa un stage à la Galerie Tator (art contemporain, architecture et design). Elle rédige alors deux mémoires de recherche : l’un sur le rapport de Walter Benjamin et Siegfried Kracauer à la photographie, l’autre sur la publicité comme réécriture iconographique de la tradition picturale de la nature morte. Elle est aujourd’hui professeure de philosophie dans le secondaire et chargée d’enseignement à l’Université de Lille.

Sujet de thèse

Enquête philosophique sur l’objet ornemental : la nature morte à l’ère du kitsch capitaliste

La deuxième moitié du XVIIIe siècle voit éclater ce que l’on nomme aujourd’hui la querelle berlinoise de l’ornement. Cette crise esthétique amène avec elle un bouleversement normatif en ce qui concerne les productions artistiques et industrielles de l’époque : l’ornement est-il secondaire, superflu et contingent, ou bien relève-t-il d’une cosmétique nécessaire pour faire émerger le décoratif ? La frontière entre les beaux-arts et les arts appliquées s’en trouvera bouleversée, et de cet ébranlement émergera des pratiques ainsi qu’un corpus théorique importants relevant des arts industriels.

A la suite des travaux menés sur le sujet et dans le prolongement des recherches sur la culture matérielle et la théorie critique, nous enquêtons sur la prolifération des objets décoratifs dans nos intérieurs du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Cette étude se fonde sur un examen du rapport entre la secondarité essentielle de l’ornemental et sa profusion au cœur de l’esthétique capitaliste contemporaine à travers ses occurrences propres (en tant qu’objets décoratifs) et ses représentations (en tant qu’images issues de la tradition picturale de la nature morte). Par objet ornemental, nous entendons tout objet dont la finalité relève de la décoration et dont l’existence dépend entièrement d’un intérieur à orner. En ce sens, le concept trouve son principe dans l’inessentiel, si cher au productivisme capitaliste. Car l’objet que nous qualifions d’ornemental relève moins des arts décoratifs que de la production massive d’objets de décoration industrielle, ces marchandises de moindre prestige désignées chez d’autres comme le bibelot, la pacotille, la babiole, le colifichet…

Notre projet s’ancre avant tout dans une analyse philosophique qui déterminera les implications esthétiques, artistiques, culturelles, politiques, et sociologiques de l’objet ornemental sur les pratiques et les goûts des individus. La recherche s’organise autour de quatre axes. Le premier vise à considérer l’objet ornemental comme le résultat d’un mode industriel de production capitaliste que nous qualifions de kitsch en ce qu’il permet une prolifération parergonomique du décoratif. Le deuxième consiste à montrer que les modalités d’apparition de l’objet ornemental répondent à l’esthétique du bibelot, de la camelote, du simili, c’est-à-dire du kitsch en tant qu’esthétique du fallacieux. Le troisième axe propose une vue d’ensemble des représentations et des mises en scène des objets ornementaux depuis l’apparition de la nature morte picturale jusqu’aux natures mortes publicitaires inondant les espaces urbains et les espaces numériques, de l’étal de magasin jusqu’aux scénographies du quotidien dans les intérieurs de la masse. Le quatrième et dernier axe questionne les effets de la prolifération de l’ornemental sur la subjectivité et le goût des consommateurs et consommatrices.

Publications et communications

Ouvrage

– Le goût des autres : pour une esthétique du soin, éditions de l’Observatoire, collection « Et après », Paris, juin 2020

Articles

– « Le luxe : fantasmagories de la mode », article paru dans Le Ciron, revue de l’association des étudiants en philosophie de l’Université d’Auvergne, mai 2019

– Compte-rendu d’exposition, « Le paysage au Louvre-Lens », Déméter, Théories et pratiques artistiques contemporaines, no 10, Centre d’Étude des Arts Contemporains, Université de Lille, décembre 2023

Communication

– « Sensibilité et esthétique chez Susan Sontag : une lecture contemporaine », intervention dans le cadre du cycle « Philosophes aux féminins », Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, novembre 2019

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search