Pascale Cugy

 

Pascale Cugy

pascale.cugy@univ-rennes2.fr

Maître de conférence en histoire de l’art moderne, UR 1279, AXE B

 

Travaux universitaires

Diplômée de l’École du Louvre et de l’Université Paris-Sorbonne, Pascale Cugy est historienne de l’art moderne, spécialiste de l’estampe ; elle a été chargée de mission à l’École du Louvre et à l’École nationale supérieure des beaux-arts, ATER en histoire de l’art moderne à l’Université Rennes 2, boursière au Centre allemand d’histoire de l’art et coordinatrice scientifique du domaine « Histoire et théorie de l’histoire de l’art et du patrimoine » à l’Institut national d’histoire de l’art. Ses travaux sont consacrés d’une part à la gravure parisienne et à la culture visuelle européenne entre xvie et xixe siècles, et d’autre part à l’histoire de l’histoire de l’art en France au début du xxe siècle ; elle a notamment publié plusieurs essais sur la gravure de mode sous Louis XIV et les écrits de jeunesse de Henri Focillon.

Ses recherches actuelles s’articulent principalement autour de l’œuvre gravé d’après le peintre et dessinateur Jean Dieu de Saint-Jean (1654-1695), de l’histoire de la Bibliothèque d’art et d’archéologie fondée par Jacques Doucet (1853-1929) ainsi que de l’historiographie de l’estampe moderne.

 

Domaines de recherche

Images imprimées ; histoire des modes ; cultures visuelles ; commerce de l’art ; sociétés savantes ; histoire de l’histoire de l’art

 

Domaines d’encadrement

Arts des XVIIe et XVIIIe siècles ; arts graphiques ; commerce de l’art ; histoire de l’histoire de l’art ; modes et apparences

 

Bibliographie sélective (depuis 2021)

Articles (sélection) :

« Dictionnaire de la dynastie Bonnart (vers 1610-1785) », Nouvelles de l’estampe, n° 265, 2021 [en ligne].

« Henri Focillon, les livres et l’architecture », dans : Anne-Christine Royère et Julien Schuh (éd.), Les Architectes du livre, Paris, Cabinet Chaptal, 2021, p. 257-290.

« Apprendre, créer et travailler en famille. L’exemple de la dynastie Bonnart, marchande d’estampes à Paris sous l’Ancien Régime », dans : Delphine Bière, Marc Gil, Pauline Prévost-Marcilhacy et Valentina Sapienza (éd.), Apprentissage et création : lieux, communautés, réseaux, transmissions familiales, Villeneuve d’Ascq, Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021 [en ligne].

« Le “Constantin Guys” d’Albert Vuaflart et Jacques Doucet », dans : Rémi Cariel et Caroline Oliveira (dir.), Pierre Gatier : 1878-1944 : De l’élégance parisienne aux rives de l’Oise, catalogue d’exposition, L’Isle-Adam, Musée Louis-Senlecq ; Paris, Institut national d’histoire de l’art, 2021, p. 40-43.

« L’emprise de l’éphémère. Rhétoriques de la vanité entre xvie et xxie siècles », Ludmila Virassamynaïken (dir.), À la mort, à la vie !, cat. exp. Lyon, Musée des Beaux-Arts ; Paris, Éditions Bernard Chauveau, 2022, p. 24-35.

« Recueillir les “modes”. Pratiques de collectionneurs et marchands parisiens entre les règnes de Louis XIV et de Louis XVI », dans : Marianne Grivel, Estelle Leutrat, Véronique Meyer et Pierre Wachenheim (éd.), Curieux d’estampes, Collections et collectionneurs de gravures en Europe (1500-1815), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, p. 209-224.

« Moralité, conduite et réputation. Abbés et courtisan(e)s dans la gravure de mode française sous Louis XIV », dans : Damien Delille et Isabelle Hare (éd.), Mode et Morale, (Apparence(s), n° 12), 2022 [en ligne]. 

« Images et célébrité. À propos des portraits en mode de Jeanne et Catherine Loison », dans : Marlen Schneider, Thomas Kirchner et Sophie Raux (éd.), L’art de l’Ancien Régime : Sortir du rang !, Heidelberg, arthiscoricum.net, 2022, p. 127-145 [en ligne].

« “Si secondaire que soit le genre, on ne saurait le négliger”. Jeanne Duportal et l’Étude des livres à figures édités en France de 1601 à 1660 », Littératures classiques, n° 107 (« Illustrer le livre sous l’Ancien Régime », sous la direction d’Olivier Leplatre), 2022, p. 273-288.

« Impressions of Celebrities: Opera Actors and Spectators in the Parisian Fashion-Plate under Louis XIV », dans : Barbara Nestola, Benoît Dratwicki, Julien Dubruque et Thomas Leconte (éd.), The Fashioning of French Opera (1672-1791): Identity, Production, Networks, Turnhout, Brepols, 2023, p. 95-110.

 

Direction d’ouvrages :

L’estampe, un médium coopératif : graveurs, imprimeurs, éditeurs entre 1890 et 1930, actes de la journée d’étude organisée à Paris (Institut national d’histoire de l’art, 22 juin 2021), Nouvelles de l’estampe, n° 267, 2022 [en ligne].

 

Séminaire, colloques et journées d’étude (sélection depuis 2021)

« “C’est une rapide esquisse. Toi, tu feras le tableau” : Gustave Geffroy, Victor Focillon et Henri Focillon » (en collab. avec François-René Martin), colloque organisé par Pierre-Henry Frangne et Patricia Plaud-Dilhuit, Rennes, Université Rennes-2, Gustave Geffroy : Critique d’art acteur de la vie culturelle, 2021.

« Le monde du spectacle dans les portraits en mode parisiens (1690-1710) : à propos de la célébration gravée de quelques noms de la Comédie-Française et de l’Opéra », colloque organisé par Antoine Gallay, Carla Julie et Matthieu Lett, Lausanne, Université de Lausanne et Université de Bourgogne, La célébration des Illustres en Europe (1580-1750) : vers un nouveau paradigme ?, 2021.

« Comment faire le catalogue des gravures de mode ? L’exemple du catalogue raisonné des gravures de Jean Dieu de Saint-Jean », séminaire organisé par Astrid Castres, Paris, École pratique des hautes études, Sources et méthodes de l’histoire des modes vestimentaires du Moyen Âge au XIXe siècle, 2022.

« Bruits du monde, ragots et persiflages dans l’image de mode sous l’Ancien Régime », journée d’études organisée par Véronique Meyer et Marie-Luce Pujalte-Fraysse, Poitiers, Université de Poitiers, 2023.

« “Comme j’aimerais à les avoir toutes” : Jacques Doucet et l’estampe moderne » (en collab. avec Ilaria Andreoli), colloque organisé par Catherine Méneux, France Nerlich, Emmanuel Pernoud et Nicholas-Henry Zmelty, Amiens et Paris, Université Picardie Jules Verne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Institut national d’histoire de l’art, L’amateur d’estampes. Une pratique des images et ses représentations dans la France du Second Empire et de la Troisième République, 2023.

« Sous-entendu et insinuation dans la gravure », séminaire de recherche en troisième cycle organisé par Olivier Christin, Servane Dargnies-de Vitry et François-René Martin, École du Louvre, Calomnie, 2023.

Organisation du séminaire Écritures de l’histoire de l’art : l’histoire de l’estampe (1700-1945) (en collab. avec Estelle Leutrat, François-René Martin et Anne Ritz-Guilbert) à l’Université Rennes 2, à l’Université de Poitiers et à l’École du Louvre (2023-2024) :

  • séance 1 : « François-Roger de Gaignières collecteur d’estampes : le cas des “Modes” » (Anne Ritz-Guilbert et Vanessa Selbach)
  • séance 2 : « Les collectionneurs d’estampes et la fabrique du catalogue raisonné au xviiiesiècle » (Antoine Gallay)
  • séance 3 : « Duchesne et la gravure française des xviieet xviiie siècles (Véronique Meyer) 
  • séance 4 : « Beraldi : une plume du xviiiesiècle pour écrire l’estampe » (Emmanuel Pernoud)
  • séance 5 : « Les publications de la Société des Bibliophiles françois » (Marie Jacob) et « Renée Pingrenon (1873-1962), une bibliophile féministe et socialiste ? » (Aurélie Dupuy)
  • séance 6 : « “Une place dans l’histoire de l’art”, l’estampe satirique et la caricature au prisme de l’historiographie du XIXe siècle » (Pierre Wachenheim)
  • séance 7 : « Histoire(s) de l’estampe et sociabilité savante : la Société pour l’étude de la gravure française (1911-1939) » (Stéphane Roy)
  • séance 8 : « Le journal du conservateur de la Bibliothèque royale au XVIIIe siècle » (Chloé Perrot)
  • séance 9 : « Jean-Michel Papillon (1698-1776) : artiste, encyclopédiste et historien de l’estampe » (Maxime-Georges Métraux)
  • séance 10 : « Pierre-Jean Mariette, premier historien de l’estampe » (Philippe Rouillard) 
  • séance 11 : « Achille Bertarelli (1863-1938), historien de l’art, collectionneur et mécène » (Francesca Mariano)
  • séance 12 : « Dans la réserve. Sabine Hackenschmidt, illustratrice et discrète conservatrice du Cabinet des Estampes et des Dessins de Strasbourg » (Florian Siffer)
  • séance 13 : « Un panorama de l’histoire de l’estampe selon le collectionneur Eugène Dutuit » (Maïté Metz et Joëlle Raineau)
  • séance 14 : « Le Piranesi de Henri Focillon (1918) » (Annamaria Ducci)

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search